Connecte-toi avec nous

Société

Togo : le rythme sécuritaire change dans les Savanes

Publié

sur

Le gouvernement togolais a instauré lundi, un état d’urgence sécuritaire dans la région des savanes. Un projet de décret a été examiné et adopté en conseil des ministres.

Cette décision fait suite à l’attaque djihadiste survenue dans la nuit du 10 au 11 mai 2022 au niveau d’un poste avancé du dispositif de l’opération Koundjoaré situé dans la localité de Kpékpakandi.

Ce décret a pour but de créer un environnement et les conditions propices aux mesures administratives et opérationnelles, nécessaires à la bonne conduite des opérations militaires, au maintien de l’ordre et de la sécurité dans cette région.

Cette décision, qui couvre la région des Savanes, devrait être mise en œuvre dans un esprit de franche collaboration et de bonne entente avec les populations. Elle permettra également d’agir de manière plus efficace encore dans la région.

Les implications de cet état d’urgence sont entre autres «l’assignation à résidence (que peut prescrire le ministre de la Sécurité) à l’encontre de toute personne menaçant la sécurité intérieure du pays, en se référant au Procureur de la République» de ce ressort territorial.

La Police et la Gendarmerie «peuvent procéder aux contrôles de pièces d’identité dans le même sens. L’exécutif pourra aussi « ordonner l’expulsion du territoire togolais d’une personne suspecte ». Il en est de même de l’interdiction de circulation et de rassemblement sur la voie publique qui peut aussi être décidée par l’exécutif. Pareil pour «la suspension et / ou fermeture d’une société pouvant avoir un lien avec le terrorisme ».

«Visite et saisie domiciliaires sont aussi prévues dans cette même loi, tout en respectant la législation en vigueur. Le contrôle de sites internet et des informations en ligne est aussi visé par cette loi, tout comme le contrôle des passagers et des moyens de transport, si les conditions l’exigent », a détaillé le ministre Boukpessi en charge de l’administration territoriale.

À titre d’information, l’attaque terroriste du 11 mai est l’œuvre du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM). Il a fait 8 morts et 13 blessés dans les rangs des soldats et une quinzaine de mort dans les rangs des assaillants.

Réseaux Sociaux
    
   
Continuer la lecture
Publicité direct 7
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nombre de visite

2,117,994
Publicité

Facebook

Publicité
    SUIVEZ NOUS

© Copyright Direct7 2021 Made by WAAS